.
 

notre book complet d’information sur l’eau

> téléchargez ici (18MB)

Les 7 raisons de boire plus d’eau!

bg.gif
 

Quelle eau buvez-vous ?

 
 

La chloration de l'eau est-elle vraiment inoffensive ?

Sommes-nous vraiment à l’abri de ces résidus chlorés ? 

En effet, si le poulet chloré nous paraît une aberration, nous acceptons sans la moindre arrière-pensée de consommer tous les jours une eau plus ou moins chlorée délivrée au robinet. Le chlore est semble-t-il indispensable pour maintenir l’état sanitaire de l’eau qui circule dans des canalisations d’un réseau vétuste, ne pouvant être nettoyé et de ce fait pouvant contaminer l’eau potable. Le chlore, même s’il n’élimine pas tous les pathogènes, (par exemple les cryptosporidium et les giardia sont des organismes pathogènes résistants), est utilisé avec succès depuis près d’un siècle et a permis de diminuer considérablement les maladies liées à l’eau à travers le monde. Néanmoins, on peut s’interroger sur l’effet à long terme de l’ingestion régulière de cette molécule très réactive.

Amilo - La Chloration de l'eau 1

Les conclusions de l’Invs :
Un rapport de l’institut de veille sanitairedaté de 2008 a été passé sous silence bien que ses conclusions soient pour le moins inquiétantes. Il faut en effet savoir que le chlore libre utilisé pour désinfecter l’eau réagit avec la matière organique présente dans les eaux brutes et donne naissance à des dérivés qui restent présents dans l’eau. L’étude présentée dans ce rapport décrit l’évolution de trois familles de sous-produits de chloration (les trihalométhanes, les acides haloacétiques et les haloacétonitriles), observée dans quatre réseaux d’eau français en 2006 et 2007. Concernant les trihalométhanes les concentrations doublent en moyenne entre l’usine et le robinet. En effet, le chlore libre s’évapore dans le réseau. Aussi du chlore est réinjecté dans certains points des canalisations.

La chloration de notre eau n’est pas maîtrisée :
La réglementation française impose une valeur limite sur les trihalométhanes dans l’eau potable. Mais la majorité des contrôles sont effectués en sortie d’usine de traitement et non sur le réseau. La réglementation sur l’eau potable ne définit d’ailleurs pas un niveau précis de chlore limite acceptable. Les seules recommandations sont mentionnées dans le plan Vigipirate qui impose une teneur minimale en chlore libre de 0,3 mg/L à la sortie des usines de traitement. Globalement, il apparaît que la maîtrise de la teneur en chlore dans le réseau est peu fiable. Ce qui provoque des risques de sous-dosage qui donne lieu à des épidémies de gastro-entérites dans la population ou encore à des surdosages dont les conséquences sont mal évaluées au niveau des sous-produits.

Amilo - La Chloration de l'eau 2

Risques de cancer pour l’homme et dangers pour les femmes enceintes :
En effet, des études épidémiologiques ont montré une association entre les sous-produits de chloration présents dans l’eau potable et certains cancers chez l’homme, notamment de la vessie et du colon. Le manque de cohérence entre les études empêche cependant d’établir une corrélation correcte entre la dose et l’effet. Il est difficile de mesurer l’exposition de la population, rendue difficile par le nombre de voies d’exposition impliquées et les variations importantes des concentrations dans les réseaux d’eau. Mais aujourd’hui aucune étude d’envergure et indépendante n’a été mise en œuvre par les autorités. 

D’autres risques ont été évoqués outre-Atlantique, au moins dix études épidémiologiques semblables, incluant une étude canadienne de l’Université de Dalhousie, ont démontré des risques élevés de problèmes à la naissance et de fausses couches chez les femmes buvant de l’eau du robinet chlorée.

bg.gif
 

Ces "effets coktail" qui menacent l'homme

Des substances chimiques qui prises isolément sont sans danger pour l’homme deviennent nocives quand elles sont mélangées. Cette découverte récente rebat les cartes de la toxicologie.

Amilo - Effets Coktail

Vous avez aimé le Bisphénol A et les autres perturbateurs endocriniens ? Vous allez adorer les « effets cocktail ». Ceux-ci seront au cœur des deux jours de débats entre scientifiques de tous horizons organisés à Paris sous l’égide de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses).

L’intitulé du colloque, « Exposition aux mélanges de substances chimiques : quels défis pour la recherche et l’évaluation des risques ? », éclaire cette notion encore très largement méconnue du grand publicUn effet cocktail se produit lorsqu’une substance chimique, que l’on croyait inoffensive à faible dose, devient nocive à cette même dose si elle est mélangée à une autre. Sa toxicité est en quelque sorte dopée – les spécialistes disent « potentialisée » – par l’action du second agent chimique.

Les mécanismes biologiques sous-jacents sont relativement bien connus. Toute substance chimique, pour avoir des effets sur un organisme, doit d’abord être métabolisée par ce dernier. Cette métabolisation est l’œuvre d’enzymes. Dans un effet cocktail, la seconde substance augmente l’action de ces enzymes – d’où la potentialisation.

 

Carte de France
des Pesticides

 
bg.gif
 

Les taux de pesticides dans le corps humain est plus élevé chez les Français

 

Les Français présentent un niveau d'imprégnation par les pesticides parmi les plus élevés, par rapport à ceux relevés dans des pays comparables. C'est ce qui ressort des résultats de la première étude du genre, publiée lundi 29 avril 2013, et réalisée par l'Institut de veille sanitaire (InVS).

Amilo - Les taux de pesticides

Cette enquête constitue le volet environnemental de l'étude nationale nutrition santé. Menée en 2006 et 2007, elle a porté sur un échantillon d'environ 3 100 personnes âgées de 18 à 74 ans, représentatif de la population résidant en France métropolitaine. Elle comporte deux volets. Le premier porte sur l'exposition aux pyralènes (PCB-BL ou polychlorobiphényles non dioxine-like), substances utilisées comme lubrifiants ou isolants, et aux pesticides. Le second concerne les métaux lourds.

Parmi les pesticides, les investigateurs distinguent l'exposition liée à des produits pour la plupart désormais interdits appartenant à la famille de organochlorés, et l'exposition aux organophosphorés (toujours utilisés) et aux pyréthrinoïdes.

 

Y-a-t'il un lien entre cancer et l'eau potable ?

En collaboration avec le WWF-France et avec le soutien de 20 scientifiques de renom, David Servan-Schreiber signe un texte aux conclusions simples : tout comme on doit faire attention à l’eau qu’on donne à un nourrisson, il faut faire attention à l’eau qu’on donne à une personne dont la santé est fragilisée par une maladie comme le cancer.

Amilo - Un lien entre cancer et l'eau potable

Recommandations de consommation

L’eau du robinet est en général de bonne qualité en France si l’on prend comme critères d’évaluation les normes réglementaires. Cependant, les personnes malades du cancer ou qui sont passées par la maladie doivent bénéficier d’une eau potable de qualité irréprochable au nom du principe de précaution. De nombreuses études établissent des liens entre cancer et polluants de l’eau.

En France, la qualité de l’eau varie selon les régions et selon les périodes de l’année, en raison de l’activité agricole. De fait, des personnes fragilisées peuvent être exposées sans le savoir à des taux de nitrates et de pesticides supérieurs aux normes.

De plus, les normes de qualité n’ont pas évolué malgré les nouvelles connaissances sur des polluants à effet hormonal (certains pesticides, certaines hormones, le bisphénol A...) ou sur la présence de dérivés médicamenteux.

Il convient donc de prendre des précautions. Nous conseillons aux personnes malades du cancer ou qui sont passées par la maladie de ne boire quotidiennement de l’eau du robinet que si elles sont sûres de sa qualité, et sinon de s’équiper d’un filtre de qualité ou de boire de l’eau en bouteille.[…]

bg.gif
 

Note de synthèse :
Médicaments dans
les eaux usées

 

Rapport sur la campagne nationale d’occurrence des résidus de médicaments dans les eaux destinées à la consommation humaine.
Depuis plusieurs années, la communauté scientifique et les pouvoirs publics s’interrogent sur la présence dans l’eau, à l’état de traces, de résidus de médicaments et leurs effets sur la santé. Plus de 3000 principes actifs à usage humain et 300 à usage vétérinaire sont actuellement disponibles sur le marché français.

Amilo - Note de synthèse

Lorsque les molécules utilisées à des fins thérapeutiques ou de diagnostic ne sont pas totalement dégradées dans l’organisme, elles sont excrétées principalement dans les selles et les urines sous leur forme initiale ou sous la forme d’un ou plusieurs métabolites. Ces résidus de médicaments humains ou vétérinaires peuvent, après plusieurs étapes, être rejetés dans le milieu naturel.

Amilo - Note de synthèse

Les premières recherches de traces de médicaments dans l’environnement remontent aux années 1980. Certaines études ponctuelles issues d’activités de recherche ont montré la présence de molécules à usage thérapeutique ou diagnostique à des concentrations pouvant varier du nanogramme par litre à plusieurs microgrammes par litre dans des eaux de surface ou des eaux souterraines.

En collaboration avec les services déconcentrés du Ministère chargé de la santé, le Laboratoire d’Hydrologie de Nancy de l’Anses a organisé sur tous les départements métropolitains et d’outre-mer une campagne d'échantillonnage couvrant 24% de la population consommatrice d'eau de distribution publique. 285 échantillons d’eaux brutes et 285 échantillons correspondants d’eaux traitées ont été analysés.

Parmi la liste de 76 molécules prioritaires établie en 2008, 45 molécules ont pu être dosées avec des limites de quantification allant de 1 à 50 ng/L.

 

Quand la chimie
contamine notre eau

Synthèse de l’émission Arte 2 février 2013

Environ 100 000 molécules chimiques ont été créées depuis quelques années par les différentes industries, une partie de ces molécules finit dans les cours d’eau et au robinet. Cela pourrait contribuer à certaines maladies chroniques, allergies, cancer …

Amilo -  Quand la chimie contamine notre eau

Certains médicaments sont inassimilés par le corps et donc rejetés à travers les urines, comme :

  • 70% des antibiotiques

  • 80 à 90% du tamiflu, antiviral

  • 100% pour les antidiabétiques

36 molécules chimiques sont actuellement classées comme prioritaires et leur présence dans les eaux est contrôlée fréquemment en Europe, cependant, 30 000 substances chimiques sont utilisées régulièrement et peuvent se retrouver dans l’eau.

Un laboratoire d’analyse allemand a récemment mis en évidence la présence d’un millier de substances chimiques dans un prélèvement sur un cours d’eau européen, seules 50 substances sont connues, pour toutes les autres, on ignore la dangerosité.

Selon ce même laboratoire, les seuils d’acceptation quantitative des substances sont trop élevés. Les méthodes qui permettent de les fixer utilisent des puces d’eau qui sont soumises sur 2 jours à une seule substance, alors que les milieux contiennent aujourd’hui des centaines de substances différentes auxquelles sont soumis les organismes pendant des mois.

Selon l’approche de ce laboratoire qui demande la mise en place de nouvelles techniques pour fixer les seuils, si leurs nouvelles normes étaient acceptées, seul 15% de nos cours d’eau européens seraient vraiment propres et 50% seraient pollués.

Il devrait aujourd’hui y avoir au moins 73 autres molécules particulièrement préoccupantes à prendre en considération et pour cela des demandes sont faites auprès de la commission européenne. Certains état membres ont néanmoins des dérogations qui courent jusqu’en 2020, voire au-delà …

bg.gif
 

Ces médicaments qui polluent les eaux du globe

 
 

L'eau, pollution et déséquilibre planétaire

 

Il est intéressant de rappeler que nous élevons 70 000 000 000 (70 milliards) d’animaux chaque année pour notre consommation. Chacun de ces animaux, et tout particulièrement les bovins et les porcs, a besoin de beaucoup plus d’eau chaque jour que vous et moi – une centaine de litres ou plus pour une vache laitière, environ 80 litres pour un cochon, soit 60 fois plus que ce qu’il est nécessaire pour l’hydratation d’un humain. Maintenant multipliez cela par 70 milliards. Il est aisé de deviner où va notre eau ‘potable’.

Amilo - L'eau, pollution et déséquilibre planétaire

Pour produire 1 kilo de viande de bœuf, il faut en fait plus de 16000 litres d’eau, appelée l’eau virtuelle. Du point de départ de la production de l’alimentation céréalière et fourragère nécessaire à la nourriture de l’animal, en passant par sa propre consommation en eau, au nettoyage des étables et porcheries ainsi que l’eau utilisée dans le processus d’abattage des animaux et de traitement de la viande, jusqu’à notre assiette. Il faut 200 douches de 80 litres d’eau pour arriver à 16000 litres … autrement dit, éviter la consommation d’un kilo de viande de bœuf économise plus d’eau qu’une douche prise tous les 2 jours pendant un an !

Il faut bien comprendre que l’eau potable tirée du sol n’est pas en quantité infinie, cette ressource met des centaines, voire des milliers d’années pour se renouveler, bien plus que l’espace-temps d’une vie humaine … Les ressources en eau potable représentent 2,5% de toute l’eau présente sur la planète, et 70% de ces 2,5% sont inaccessibles (glaciers, neige, eau dans l’atmosphère). L’eau potable accessible représente donc moins de 1% de toute l’eau de la Terre !

20% ou plus de l’eau potable est utilisée pour la consommation du bétail. Plus de 30% du total mondial des terres utilisables sont consacrées à l’élevage, 1/3 de ces terres sont consacrées aux cultures fourragères, sur les terres arables, les plus précieuses et rares pour leur qualité de culture et d’accessibilité, au total plus de 75% des terres agricoles mondiales sont consacrées directement ou indirectement à l’élevage. En 2006, sur les 55 millions d'hectares (550 000 km2) du territoire français métropolitain, un peu plus de 32 millions d'hectares supportent des activités agricoles. 60 % de la production mondiale de céréales est consacrée à l'élevage industriel. 93% de la surexploitation de l’eau dans le monde est liée à l’agriculture, dont la majeure partie sert à l’arrosage des cultures fourragères.

 
bg.gif