Webinaire offert par Amilo : l'eau dynamisée et les cultures

Cerveau incluant le poing d'un homme serrant le corps d'une femme pour illustrer la souffrance, sur fond d'onde d'eau

Souffrance : pouvoir du cerv’eau ou de l’eau ?

Les connaissances scientifiques actuelles permettent de conclure que l’eau joue Le rôle essentiel d’interface dans toute forme de Vie et de matière. Dans sa présence – Cf l’article “eau source de vie et santé“, dans les mécanismes de douleurs physiques – Cf l’article “eau, douleur et maladie : l’équation solution ?” – mais également dans ses aspects psychologiques.

Pourquoi et comment sommes-nous parfois sujet à la souffrance ?

La souffrance

D’ordre psychologique, la souffrance peut être comparée à une rumination mentale, une focalisation sur ce qui est désagréable pour nous : une douleur physique par exemple ou plus généralement le refus d’un évènement qui nous contrarie. Parce que nous attendions autre chose, nous voulions ou désirions autre chose et la Vie ne réponds pas à nos attentes.

La souffrance peut donc se définir comme un refus catégorique, persistant voire chronique, de la réalité perçue, ce… malgré nous.

L’origine du refus

Notons que ce refus persistant est subjectif. L’aversion pour telle ou telle chose est évidemment dépendante de l’éducation et de la culture d’un individu.

Mais d’où viennent ces conditionnements et comment se concrétisent-ils dans la mémoire ?

L’eau, l’égo et la mémoire

Pendant ses deux premières années, l’enfant commence à focaliser son regard, à découvrir le monde et à identifier son environnement et sa propre personne. L’égo, la personnalité vont ainsi se construire par des contractions et des dilations[1] des molécules d’eau du corps. Cette personnalité se développe principalement jusqu’à l’âge de 6/7 ans.

Les sauts quantiques des électrons en orbite autour du noyau d’un atome vont émettre des infrarouges, donc des fréquences, donc des informations. Ces informations constituent la mémoire des évènements et des ressentis, sensations, pensées et croyances associés

Cette mémoire reste immuable dans le champ d’information. Elle peut-être “téléchargée”, mémorisée et véhiculée par nos molécules d’eau[2] à chaque instant.

Le cerveau

Dans la chaine d’information au sein du corps-esprit, le cerveau de la tête[3] est le “dernier” informé. Il reçoit les informations de l’ensemble des molécules d’eau du corps srlon différents processus de communication. Le mental traduit in fine ces informations en percepts, concepts et affects[4].

Les fascias, les intestins, le cœur et tous les organes captent ces informations via leurs molécules d’eau et interagissent dans une parfaite symphonie ou pas… Selon le niveau de perturbations électromagnétiques et informationnelles de nos molécules d’eau[5].

La volonté

Avez-vous remarqué comme il est souvent impossible d’obéir à une injonction de lâcher-prise ? Lorsque la souffrance, la colère, la rumination sont intenses, la décision mentale est inopérante sur notre corps : ce dernier reste tendu, contracté.

Le lâcher-prise

Lorsque la décision et la réflexion sont inopérantes pour apporter la détente, alors les techniques corporelles[6] qui vont agir sur la dilation-décontraction des tissus peuvent être priorisées.

Les contractions liquidiennes limitent en effet les zones d’exclusion de l’eau, celles qui captent les infrarouges porteurs de l’information de Vie.
De plus, la surabondance de déchets acidifiants limite la zone d’exclusion et son rôle de dynamisation du vivant.[7]


Mais les récentes évolutions scientifiques et techniques confirment également l’efficience des techniques énergétiques et sonores pour réharmoniser, par résonnance, nos molécules d’eau[8].

Soleil et… nuages !

Le soleil rayonne de façon permanente, sans discontinuité.  Pour tous, pour tout et en tout lieu, même la nuit ! 😉 La Vie agit de même.

La souffrance est liée à notre film mental. Le scénario est fabriqué par la lumière qui nous traverse par le prisme déformé de nos contractions liquidiennes. Les contractions de nos molécules d’eau créent nos nuages personnels – les douleurs – et l’attachement aux nuages – la souffrance.

Les nuages sont inévitables et respectables. Ils révèlent par comparaison et subliment le soleil et le ciel bleu. Ils nous rappellent que nous sommes vulnérables tout autant que vénérables.

L’eau, le regard, l’instant

Instrument de la Vie, notre “rôle” consiste à s’ajuster à l’instrumentaliste en lui accordant une totale confiance. Même si parfois la partition ne nous semble pas juste, dans l’instant. Prenons la mesure de l’instant.

La nature du soleil n’est d’ailleurs pas altérée par le nuage qui ne peut lui faire de l’ombre. Laisser défiler les nuages sans nous y attacher, sans les juger ni les condamner constitue la Voie directe pour se libérer de la souffrance. Progressivement, provisoirement puis définitivement ?

Les outils et pratiques pour voir au-delà du nuage sont nombreux. Mais le premier pas peut déjà se faire sans effort, par le geste le plus simple au quotidien, sans changer ses habitudes : boire de l’eau vitalisée.

A suivre…

Cet article et les deux précédents sont le fruit de plus d’une vingtaine d’années d’études, de recherches et d’expérimentations. Une synthèse et une alchimie entre différentes sciences et disciplines dont l’Advaita Védanta – non-dualité, la physique quantique, les neurosciences, l’épigénétique, l’électromagnétisme et bien évidemment les travaux scientifiques sur l’eau et les fluides.
Une immense gratitude pour Stéphane Drouet et Stéphanie Laville pour leurs partages sur les mouvements liquidiens, l’eau, la lumière, le corps-esprit et la pratique neuro-quantique PEACE.
Parmi les scientifiques et chercheurs qui participent à la formalisation de toutes ces vérités relatives :

  • Neurosciences : Stephen Porges, Peter Levine, Norman Doidge, Anil Seth, Michael Persinger
  • Quantique : Philippe Guillemant, Rupert Sheldrake, James Oschman
  • Physique des liquides : Gérald Pollack, Marc Henry, Emilio Del Giudice, Mae Wan Ho, Viktor Schauberger, Vincent Fleury, Michel Mitov, Théodor Schwenk, Alexander Lauterwasser
  • Biologie, Biotenségrité : Donald Ingber, Martin Chaplin
  • Science des fascias :Robert Schleip, Jean-Claude Guimberteau, Tom Myers, Carla Stecco, Bruno Bordoni
  • Physique des photons :Roeland Van Wijkl, Fritz-Albert Popp
  • Épigénétique : Bruce Lipton
  • Védanta : Jean Klein, Jiddu Krishnamurti, Nisargadatta Maharaj, Swami Prajnanpad,  

Sources & Références

[1] Contraction et dilatation liquidiennes : ensemble des processus qui visent à réduire ou augmenter la taille des zones d’exclusion de l’eau – ez water – et la modifier la distribution spatiale des atomes d’oxygène en regard des atomes d’hydrogène.

[2] Grand spécialiste de l’eau, le Pr Marc Henry a calculé que compte-tenu du nombre de molécules d’eau, un humain pouvait stocker l’équivalent d’un siècle d’information.

[3] Par opposition aux autres cerveaux intestins et cœur notamment. A noter qu’il y a des neurones partout dans le corps.

[4] Le cerveau assemble l’information véhiculée. Puis grâce aux mécanismes de mémoire, projette ce film que l’on appelle la réalité – perçue et partielle – à laquelle on s’identifie, on croit et on s’attache. Il en résulte la souffrance lorsque cette réalité perçue n’est pas conforme à nos désirs.

[5] A noter de ce fait, l’importance des pollutions électromagnétiques ou sonores ambiantes qui agiront d’autant plus négativement que le corps sera pollué par des électrolytes liés à une mauvaise hygiène alimentaire et physiologique.

[6] Massages profonds, fasciathérapie, acupressure, kinésithérapie Mézière/RPG, etc.

[7] Cf l’article “eau, douleur et maladie : l’équation solution ?

[8] Les sauts quantiques des électrons émettent des fréquences qui composent des mélodies :
 

Amilo